Bien choisir sa plateforme, c'est indispensable !

Nous devons nous poser les questions suivantes et dans cet ordre avant de nous lancer (ou pas) dans l'aventure du crowdlending en tant que prêteur :

 

1. Le crowdlending est-il rentable ou pas ? Et surtout quel type de crowdlending ? Car il existe le crowdlending qui consiste à prêter à des particuliers, un autre qui prête à des TPE-PME et un autre qui prête à des collectivités locales.

Je le répète très souvent : la rentabilité ce n'est pas seulement le taux qui est affiché !

D'une part, c'est un taux brut de fiscalité. La fiscalité est forte : 15.5 % de taux de prélèvements sociaux, à cela s'ajoute votre taux marginal d'imposition (5%, 14%, 30 %, 41 %, 45%...selon les cas). Une personne dans la tranche des 41 % d'IR subira 56.5 % d'imposition sur ses gains !

D'autre part, c'est un taux brut de défaut. Et les défauts, il y en a souvent plus que prévu ! Ce taux de défaut est fonction du type de crowdlending, du choix de la plateforme et du choix des projets.

Certains prêteurs sont tentés de prêter à des projets qui affichent des rendements alléchants (8-9-10 %...). Un conseil : méfiez vous !

Les projets financés à des taux élevés (8 % et plus) présentent des risques très forts de défaut et bien souvent sont moins rentables nets de défaut que des projets financés à des taux intermédiaires (5.5 % à 8 %). Disons que le risque est croissant avec le taux et qu'arrivé à un certain niveau de taux (aux alentours de 8 %, il est exponentiel)

Bien évidemment, prêtez à des taux faibles notamment dans le crowdlending entreprises n'est pas non plus rentable. 

Un conseil visez plutôt des taux intermédiaires.

 

2. La plateforme est-elle de qualité ?

==> Ce n'est pas le statut de la plateforme (IFP, CIP...) qui détermine la qualité de la plateforme.

Toutes les plateformes de prêt ont le statut d'IFP.

Les plateformes qui ont choisi les bons de caisse n'ont pas de statut.

Et alors ? Qu'est-ce que cela change pour le prêteur ? Les 2 seules choses qui changent c'est qu'il n'y a pas de plafond pour les bons de caisse alors qu'il y en a un pour les prêts, les plateformes IFP ont accès au fichier FIBEN (consultation et modification), pas les autres.

Disons que ma préférence va légèrement aux plateformes de prêt mais bon ce n'est pas un critère très important pour moi.

==> Le taux d'intérêt ? On l'a vu, ne soyez pas attirés par des taux ultra élevés, ne prêtez pas non plus à taux 0 !

Mais les taux entre plateformes convergent de plus en plus et ce n'est plus un critère de différentiation comme avant...

==> L'assurance en cas d'impayés ? c'est certes un plus mais la couverture est très partielle (15 % environ chez Prexem) et il y a un délai de carence pour certaines plateformes (6 mois chez certaines) et uniquement les défauts en cas de défaillance sont couverts sachant que plus de la moitié des défauts ne sont pas des entreprises défaillantes (liquidation judiciaire, redressement judiciaire, procédure de sauvegarde...). Donc vous voyez que non seulement la couverture est partielle mais il y a aussi de trop nombreuses exclusions !!!

==> Le niveau de la collecte et la capacité à lever des fonds importants ? Oui. Méfiez vous des plateformes qui collectent peu..Le seuil de rentabilité est estimée selon certains à 100 millions  d'euros ! On en est loin encore !

Pour continuer à vivre, il faut lever régulièrement lever des capitaux importants. Beaucoup n'y arrivent pas...

 

==> La sélection des dossiers ? OUI, OUI et OUI !!! Une plateforme qui sélectionne correctement les dossiers, c'est super important !

Comment peut-on le savoir. Examinez vous mêmes les projets, vous vous apercevrez rapidement qu'il y a des écarts. Oui mais c'est un critère subjectif ? Ben regardez le scoring societe.com, regardez si les sociétés publient souvent leurs bilans, si les entreprises ont suffisamment d'ancienneté, si les gérants sont expérimentés ou pas. Il y a plein d'infos sur ce blog, notamment dans la catégorie stats. Examinez les précieusement. 

 

==> Le taux de défaut ? Oui mais faites attention ! Un taux de défaut de 0 % pour une plateforme qui a 9 mois d'activité n'est pas forcément bon signe... Car le taux de défaut peut exploser par la suite ! 

Préférez vous un taux de défaut de 2 % pour une plateforme qui a 12 mois d'activité ou un taux de défaut de 3 % pour une plateforme qui a 30 mois d'activité ? Moi je préfère le 2ème cas...

Il faut regarder le taux de défaut (nombre de dossiers avec incidents / Nombre de dossiers total) avec des âges identiques de plateforme, sinon cela n'a aucun sens !  Le SIFP publie cette stat précieuse !

 

==> Le suivi des dossiers qui ont des incidents ?  OUI, OUI et OUI ! Combien de dossiers finissent par être régularisés, les entreprises sont-elles régulièrement relancées, les plateformes répondent elles aux questions des prêteurs ?

Le grand écart sur ce point entre Unilend qui est laxiste et Lendix qui se débrouille bien. 

 

Voilà les points essentiels dans le choix d'une ou des plateformes ! Il y en a certainainement d'autres. S'il y en a qui manquent, n'hésitez pas à le faire remonter dans le forum !

 

3 / Les projets sont ils de qualité ?

Analyse financière, scoring, matrice de décision ou autres, à chacun ses critères. Mais choisissez ceux qui sont mathématiquement les plus performants dans le temps. Je ne détaillerai pas ce point car ce n'est pas le sujet central de ce billet.

 

Voilà les 3 questions  indispensables que doivent se poser tout prêteur en crowdlending !

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire